Tchitrec d’Afrique – Terpsiphone viridis

Espèce simple – publiée le 27 septembre 2019
Publication complèteFamille des Monarchidae (monarques, tchitrecs)
En anglais : African Paradise-Flycatcher in English

Terpsiphone_viridis_main.JPGLes tchitrecs sont des oiseaux très difficiles à classer, avec de nombreuses variantes géographiques, des variations individuelles, des “formes” différentes (blanches, rousses et intermédiaires) et un dimorphisme sexuel marqué. De surcroît, il y a des hybrides avec des espèces proches, potentiellement à regrouper dans la même espèce, ce qui complique la compréhension des limites de chaque population.

Dans la classification suivie ici, celle de HBW Alive, le Tchitrec d’Afrique est divisé en 10 sous-espèces, réparties dans presque tout l’Afro-tropical depuis le sud de la Mauritanie jusqu’au sud-ouest du sultanat d’Oman et au sud de l’Afrique du Sud. Il évite toutefois les zone très arides du sud-ouest du continent, du Sahel et de la corne de l’Afrique. Certaines populations sont migratrices et hivernent alors dans la zone de nidification d’autres sous-espèces, c’est ainsi que plusieurs sous-espèces peuvent être vues côte à côte.  L’identification de celles-ci n’est pas toujours possible.

Les tchitrecs sont des insectivores qui capturent leur nourriture de diverses manières, notamment en les attrapant en vol à la façon des gobemouches, ou en cherchant dans le feuillage et les branchages, ainsi que les amas de feuilles mortes. Il peut papillonner pour surprendre les insectes qui s’envolent, et se font ainsi piéger par l’habileté du tchitrec à les attraper au décollage.

Même le nid varie d’une région à l’autre. En Afrique centrale, une construction végétale variée (basée sur des fibres d’écorce, des feuilles mortes et des tiges), parfois avec des poils, le tout couvert de toile d’araignée, a été décrite. En Afrique australe, des nids principalement faits de mousses ont été observés. Dans tous le cas, la forme est un bol assez petit mais profond, bien construit et solide.

Si les deux parents s’occupent des œufs et des jeunes, les chiffres sont différents d’une région à l’autre. Il faut environ une semaine pour construire le nid, deux semaines d’incubation et deux semaines de vie pour les jeunes au nid, mais ce “deux semaines” peut varier de 11 à 16 jours d’une région à l’autre. Encore une raison de mieux étudier les différentes populations pour comprendre ces différences.

Taxonomie et sous-espèces

Les variations sont nombreuses et compliquées. Ainsi, certaines sous-espèces ont les plumes centrales de la queue, allongées, toujours rousses, alors que d’autres les ont parfois rousses, parfois blanches. Certaines sous-espèces ont des “formes” blanches (les plumes rousses sont remplacées par du blanc), certaines sous-espèces ont parfois des panneaux alaires blancs. De plus, la couleur rousse est aussi variable selon les régions, parfois plus orangée, parfois plus brune, etc. Plus original, la voix varie aussi d’une sous-espèce à l’autre.

Les Terspiphone sont proches entre eux, et il est possible que le Tchitrec du Congo soit une sous-espèce du Tchitrec d’Afrique. Ce dernier s’hybride souvent avec le Tchitrec à ventre roux, qui était anciennement considéré comme une sous-espèce. Lui-même est peut-être conspécifique avec le Tchitrec de Bates et le Tchitrec de Bedford… il faudra encore des années pour avoir une classification totalement satisfaisante.

Terpsiphone_viridis_7fr.jpg
Terpsiphone_viridis_8fr.jpg
Terpsiphone_viridis_5fr.jpg
Terpsiphone_viridis_6fr
Terpsiphone_viridis_9fr.jpg
Terpsiphone_viridis_10fr.jpg

Les deux photos en haut et celle ci-dessous sont prises sur l’île de Lukuba (lac Victoria, Tanzanie) en octobre 2010. Bien que T. v. restricta ne semble être connue que des îles du lac côté ougandais et kényans, le plumage foncé semble nous dire qu’il s’agit de cette sous-espèce. Des recherches pour confirmation sont en cours.

Terpsiphone_viridis_11tz.JPG

[Espèce Nº635 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2019 – 2020

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

2 thoughts on “Tchitrec d’Afrique – Terpsiphone viridis

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s