Tchitrec de la Sonde – Terpsiphone floris

Endémique Niv 1* (“classique”) – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille Monarchidae (monarques, tchitrecs) Tenggara Paradise-Flycatcher in English
Première publication : 16 novembre 2021 – Dernière mise à jour : 16 novembre 2021

Plusieurs spectaculaires tchitrecs se rencontrent en Afrique et en Asie, mais leurs relations sont complexes et encore disputées. Nous choisissons ici de grouper deux taxons, qui vivent dans les petites îles de la Sonde, en une espèce distincte des taxons continentaux et d’Indonésie occidentale. Ce Tchitrec de la Sonde, parfois appelé Tchitrec de Florès, est un habitant assez commun des forêts d’altitude basse et moyenne. Sa population est limitée et en diminution.

Il chasse des insectes, y compris les plus gros, et les araignées, à la manière des autres Terpsiphone, comme le Tchitrec de paradis ou même le Tchitrec d’Afrique. La reproduction est probablement similaire à celle de ces deux derniers, mais il n’y a aucune information précise. Quelques nids vus sur Florès ressemblaient, en effet, à ceux des espèces continentales, et ils contenaient deux ou trois œufs. Les autres informations (marquées d’un point d’interrogation dans le tableau) sont celles du Tchitrec de Blyth.

Taxonomie et sous-espèces

La population de l’île de Sumba est séparée dans une sous-espèce distincte de la nominale (T. f. sumbaensis) visible partout ailleurs car la femelle est plus beige dessous.

L’espèce telle que présentée ici est souvent considérée comme une sous-espèce du Tchitrec de Blyth (Terpsiphone affinis), espèce répandue depuis le Népal jusqu’à Sumatra, elle-même parfois considérée comme une sous-espèce du Tchitrec de paradis (Terpsiphone viridis). Le Tchitrec de Chine (Terpsiphone incei) est également inclus à cette espèce élargie, selon certains auteurs.

Tchitrec de la Sonde, Ecolodge Mbeliling, île de Florès, Indonésie, avril 2020
Le mâle est particulièrement difficile à photographier. Sa queue est presque toujours cachée dans le feuillage vu sa longueur interminable, et il bouge tout le temps. De plus, il est bien plus farouche que la femelle, il sait probablement qu’il est très visible avec son plumage blanc.
Tchitrec de la Sonde, Ecolodge Mbeliling, île de Florès, Indonésie, juin 2020
Voici une femelle. Le dimorphisme sexuel est particulièrement marqué chez cette espèce. En effet, contrairement à la plupart des autres tchitrecs chez qui les mâles ont des couleurs semblables à celle de la femelle avec une forme blanche minoritaire, chez le Tchitrec de la Sonde, les mâles adultes sont toujours blancs.
Tchitrec de la Sonde, Ecolodge Mbeliling, île de Florès, Indonésie, avril 2020
Les jeunes ne sont pas décrits et c’en est peut-être un car on dirait qu’il y deux générations de plumes sur les couvertures. En général, les jeunes rappellent les femelles chez les tchitrecs.
Objectifs recherchés pour une page complète :
meilleures images du mâle, photo certifiée du juvénile ou du nid ; sponsoring

[Espèce Nº1416 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

5 thoughts on “Tchitrec de la Sonde – Terpsiphone floris

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s