Traquet à capuchon – Oenanthe monacha

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Muscicapidae (traquets, gobemouches…) – Hooded Wheatear in English
Première publication : 22 décembre 2021 – Dernière mise à jour : 22 décembre 2021

Ce grand traquet a une répartition très fragmentée depuis l’est de l’Égypte jusqu’au sud du Pakistan. Dans la petite dizaine de pays où il se rencontre, il est localisé ou presque marginal (moins de 200 couples en Israël, moins de 50 couples aux Émirats Arabes Unis) sauf en Iran qui accueille probablement bien plus que la moitié de la population mondiale. C’est un spécialiste des déserts les plus désolés et les plus arides, un milieu qui est peu exploité par l’homme. Il se porte donc bien.

Il consomme exclusivement des arthropodes. Une petite moitié des attaques concernent des insectes volants comme le font les gobemouches (auxquels, rappelons-le, les traquets sont apparentés) et l’autre moitié au sol. Les hyménoptères sont les proies les plus fréquentes alors que les araignées totalisent environ 5% du régime.

Comme le Traquet motteux, notre référence, il construit son nid en forme de petit bol au fond d’une cavité. Jusqu’ici, tous les nids trouvés étaient situés dans des rochers et des falaises, mais il n’est pas exclu qu’il utilise aussi des trous dans des bâtiments. La couvée est de 3 à 5 œufs et l’incubation dure deux semaines. C’est également à deux semaines que s’envolent les jeunes.

Taxonomie

C’est une espèce monotypique dont les affinités au sein des traquets n’ont pas encore pu être établies. Il rappelle superficiellement d’autres traquets noirs et blancs comme le Traquet pie, mais cela n’indique pas nécessairement une proximité génétique. Il cohabite largement avec le Traquet de Hume.

Traquet à capuchon, Al-Aïn, Émirats Arabes Unis, mars 2015
Son plumage rappelle celui de nombreuses espèces, mais les rectrices externes blanches jusqu’au bout et l’aspect très long du corps et du bec permettent habituellement de le repérer assez vite.
Traquet à capuchon, Al-Aïn, Émirats Arabes Unis, mars 2015
Lorsqu’un hôtel ou une autre infrastructure humaine est construite en plein désert, une pelouse arrosée apporte son lot d’insectes et il n’hésite pas à en profiter. Il se perche volontiers sur des murs, des lampes, des voitures et il ne serait pas étonnant de trouver un nid dans un bâtiment.
Objectifs recherchés pour une page complète :
Images d’une femelle ; sponsoring

[Espèce Nº1452 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2021 – 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

5 thoughts on “Traquet à capuchon – Oenanthe monacha

  1. Super beau le Traquet à capuchon !
    Très beau délimité du blanc de la calotte , beau noir de la tête et cou, blanc du ventre et dessous de queue,..habit de vedette !

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s