Vautour charognard – Necrosyrtes monachus

Espèce vedette – publiée le 18 juin 2018
Publication complète –  famille des Accipitridae (buses, aigles, éperviers, etc.)
En anglais : Hooded Vulture in English

Necrosyrtes_monachus_mainCe petit vautour est répandu en Afrique occidentale et orientale, également répandu en Afrique centrale où il évite toutefois la grande zone forestière du bassin du Congo, mais il est très localisé en Afrique australe (entre le nord de la Namibie et le KwaZulu – Natal (Afrique du Sud). Ses populations sont en chute libre et c’est ainsi qu’il est classé “en danger critique d’extinction”.

Les causes de la diminution, communes à presque tous vautours, que nous expliquons sur la page du Vautour à tête blanche, sont toutes d’origine anthropique, et expliquent la situation catastrophique des populations du Vautour charognard. On le voyait “comme des corneilles” dans beaucoup de villes et de villages encore il y a 25 ans, et désormais il est classé dans la plus haute catégorie des oiseaux menacés de disparition à court terme.

Si son bec fin lui permet de consommer facilement des insectes trouvés sur le sol ou dans les déjections de mammifères, cela reste un charognard qui partage les carcasses avec les autres espèces. Vu sa petite taille, il doit souvent se contenter de morceaux de second choix, éjectés malencontreusement par les plus gros vautours, lorsque ceux-ci arrachent la chair ou qu’ils se battent entre eux. Lorsque ces derniers ont fini leurs repas, il profite alors pour “nettoyer” la carcasse des derniers morceaux de viande, y compris ceux coincés entre les os, qui sont inaccessibles aux becs plus épais. Il partage ce rôle avec le Vautour percnoptère ; ce dernier est rare ou localisé dans les régions où vit le Vautour charognard.

Il est donc habituellement le dernier arrivé sur une carcasse. À l’inverse, il est souvent le premier à s’approcher d’une proie tuée par un mammifère. Il n’hésite pas à voler, au quadrupède carnivore, un peu de viande. Il vole parfois au raz du sol pour chiper un peu de nourriture qui traîne. Plus rarement, il consomme un peu d’huile de palme, comme le fait le Palmiste africain.

La nidification est semblable à celle du Vautour à tête blanche, mais l’incubation dure 5 jours de moins et, surtout, le nid est construit à l’intérieur de la couronne de l’arbre (bien camouflé) et non pas tout en haut (en vue).

S’il vit dans la savane comme les autres vautours, il fréquente aussi la côte, les zones rurales et urbaines, et la lisière de forêt. Il est très opportuniste et peut vivre en commensal de l’homme lorsque ce dernier ne le persécute pas.

Taxonomie

Espèce unique en son genre, éloigné de tous les autres rapaces. Il y a une vague ressemblance superficielle avec l’énorme Vautour oricou, classé aussi dans son propre genre. Les oiseaux d’Afrique occidentale sont les plus petits, et ils sont progressivement plus grands vers l’est et le sud. Certains auteurs le divisent en deux sous-espèces (limite entre les deux en Ouganda et au Sud-Soudan) pour cette raison mais, comme la seule différence mesurable est la taille et qu’elle est clinale, cela ne semble pas approprié.

Necrosyrtes_monachus_1fr.jpg
Necrosyrtes_monachus_2fr.jpg
Necrosyrtes_monachus_3fr
Necrosyrtes_monachus_4fr.jpg
Necrosyrtes_monachus_5fr.jpg

[Espèce Nº169 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018 – 2019

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

One thought on “Vautour charognard – Necrosyrtes monachus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s