Verdier d’Europe – Chloris chloris

Espèce de référence – publiée le 16 novembre 2018
Publication complète – Famille des Fringillidae (Pinsons, serins, chardonnerets…)
En anglais: European Greenfinch in English

Chloris_chloris_main

Ce Fringillidae assez gros est répandu dans une majeure partie du Paléarctique occidental. Il existe aussi très localement en Asie centrale. C’est un habitant familier des jardins européens qui profite volontiers de la nourriture mise à disposition dans les mangeoires pour oiseaux. 

Si certaines populations nordiques et d’Asie centrale sont des vraies migratrices, les Verdiers d’Europe sont principalement erratiques, c’est-à-dire qu’ils se déplacent en dehors de la nidification en fonction des conditions et, surtout, de la nourriture disponible. C’est ainsi que le nourrissage d’oiseaux des jardins modifie leurs habitudes. Ils sont présents toute l’année presque partout en Europe occidentale, mais en nombres variables selon les saisons.

Méthode Formation Ornitho : nourriture et nidification des Fringillidae

Chloris_chloris_fr3.jpgLe Verdier d’Europe, comme presque tous les Fringillidae, consomme principalement des graines : c’est un granivore typique. Il complète toutefois son régime, de façon plus ou moins opportuniste, avec des invertébrés. Lors de la nidification, la nourriture préférée pour nourrir les pulli (ou oisillons) au nid est constituées des larves d’insectes.

Le mâle peut être polygame et s’apparier avec un maximum de cinq femelles mais il peut aussi vivre en couple classique. Il n’est pas territorial, et selon les conditions, les nids peuvent être installés très proches les uns des autres (jusqu’à environ 150 cm) et former une colonie.

Le nid est en forme de petit bol assez classique des Fringillidae, installé de un à vingt mètres de haut dans un arbre. Une fois le nid construit, la reproduction se fait en trois phases de deux semaines où les deux parents se partagent les tâches : incubation (cinq œufs en moyenne), nourrissage au nid, nourrissage des jeunes encore dépendants en dehors du nid.

Taxonomie et sous-espèces

L’espèce-sœur est probablement le Verdier de Chine (Chloris sinica), qui est largement allopatrique. Il y a des rares cas d’hybridation avec diverses espèces, y compris de genres différents, comme le Chardonneret élégant (Carduelis carduelis), le Chardonneret de l’Himalaya (Carduelis caniceps), le Venturon corse (Carduelis corsicana) et la Linotte mélodieuse (Linaria cannabina).

Il y a 10 sous-espèces qui varient assez légèrement selon l’intensité de couleur et l’épaisseur du bec. Il y a par exemple un front plus jaune et une nuque plus grise chez certaines et une calotte plus verte uniforme chez les autres. Voyez quelques exemples ci-dessous.

Chloris_chloris_2fr

Chloris_chloris_4fr.jpg

Chloris_chloris_5fr.jpg

Chloris_chloris_6fr.jpg

Chloris_chloris_1fr

Mise à jour du 10 avril 2019

Ce petit montage de deux oiseaux pris le même jour (en mars 2019) sur la même mangeoire (à Frasnes-lez-Buissenal, Belgique) qui met à disposition des oiseaux et des écureuils des graines de tournesol bio permet de comparer le mâle (à droite, avec un Pinson du Nord) et la femelle. Cette dernière présente les zones jaunes typiques de l’espèce mais son plumage est plus terne, dans l’ensemble. Elle n’est pas striée comme le juvénile (illustré plus haut).

Chloris_chloris_7be.JPG

[Espèce Nº320 du projet d’encyclopédie holistique]

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018

Liste des autres espèces illustrées: taxonomiquejour par jour

Untitled 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s