Viréo des mangroves – Vireo pallens

Espèce simple – publiée le 27 avril 2021
Publication complète – Famille des Vireonidae (viréos)
En anglais : Mangrove Vireo in English

Ce viréo au plumage peu spectaculaire est, en fait, très intéressant sur plusieurs points (notamment son habitat et ses relations avec d’autres espèces) et, de plus, il est très localisé. En effet, il n’existe que dans quelques régions côtières des pays d’Amérique centrale depuis le Mexique jusqu’au Costa Rica et sur la péninsule du Yucatán qui accueille la plus grosse population.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

C’est une première originalité ; il vit dans les mangroves sur la côte pacifique où il est même spécialiste des palétuviers rouges (genre Rhizophora) surtout lorsqu’ils sont petits ou jeunes alors, qu’à l’est, il vit dans tous les types de mangroves, de boisements, de forêts à feuilles caduques, de grands jardins, de parcs urbains et de plantations familiales.

Un autre aspect intéressant est sa proximité avec le très localisé Viréo de Cozumel au plumage exceptionnel pour un viréo mais à la voix proche de celle de son cousin continental. On ignore encore les origines exactes de cet endémique. Malgré l’œil plus foncé, on estime actuellement que le Viréo des mangroves est proche du Viréo aux yeux blancs. La voix de ce dernier est très différente mais, lorsque les deux espèces cohabitent en hivernage, on peut observer leur comportement qui indique une grande proximité.

Tout n’est pas connu chez le Viréo des mangroves ; la nidification rappelle celle du Viréo aux yeux blancs mais, concrètement, aucun détail spécifique n’est connu. La nourriture diffère un peu : alors que le nord-américain préfère les chenilles, le centre-américain préfère les araignées et mange plus de fruits. Les deux utilisent toutefois les invertébrés comme ressources majeures et des fruits en compléments.

Taxonomie et sous-espèces

Faute d’études, les relations entre les différentes populations au sein de l’espèce ne sont pas encore bien comprises. On la divise en 4 à 10 sous-espèces (4 nous semble plus approprié) ; l’isolation géographique et les différences d’habitat laissent supposer des divisions nettes mais, en pratique, c’est très flou ; voyez les commentaires des photos.

En plus du Viréo aux yeux blancs, d’autres espèces lui sont apparentées, surtout vivant dans les régions Caraïbes comme le Viréo à bec fort, le Viréo de San Andrés et le Viréo de Cuba.

Viréo des mangroves, Puerto Morelos (Quintana Roo), Mexique, mars 2021
Le plumage type est peu contrasté avec deux fines barres alaires et, le plus visible, les lores jaunes. L’œil est plutôt foncé.
Viréo des mangroves, Progreso (état du Yucatán), Mexique, avril 2021
Les oiseaux du Yucatán sont souvent classés comme sous-espèce distincte (V. p. semiflavus) car les parties inférieures sont plus jaunâtres qu’ailleurs. C’est discuté, car variable, voyez ci-dessous.
Viréo des mangroves, Progreso (état du Yucatán), Mexique, avril 2021
Au Yucatán vivent côte à côte des oiseaux à poitrine grise, à poitrine jaune et tous les intermédiaires. C’est un cas de figure qui, typiquement, provoque des désaccords dans la classification. Plus d’études seront nécessaires pour clarifier la situation.

[Espèce Nº1213 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

3 thoughts on “Viréo des mangroves – Vireo pallens

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s