Ces déchets industriels que vous mangez avec plaisir!

Des boules à mésanges toxiques aux perturbateurs endocriniens dans les maquillages pour enfants !

bouleamesange.jpgEn 2003, j’apprenais par mon collègue ornithologue Paul Gailly, avec qui j’enseignais l’ornithologie au grand public dans le cadre de la Formation Ornitho belge organisée par Natagora, que les « boules pour mésanges » du commerce, ces boules de graisses souvent mélangées à quelques graines de tournesol ou autres, présentées dans des petits filets généralement verts, était composées de déchets industriels toxiques.

La logique est simple : lorsque des graisses sont dangereuses pour la consommation humaine et ainsi que celle du bétail pour lesquelles des règles existent, elles sont mises en « boules à mésanges » car ce secteur n’est pas réglementé. Ainsi, au lieu de payer pour la destruction de produits toxiques, l’industrie a trouvé un moyen de faire du bénéfice.

Cette stratégie semble si malhonnête et cynique, qu’en fait, les élèves de nos formations ne voulaient pas vraiment y croire. Moi, je le découvrais comme eux mais je faisais confiance à mon collègue. J’ai répété partout ces informations, mais en général, elles sont rejetées par le public qui estime cela invraisemblable, complotiste et j’en passe.

perturbateursendocriniens1Avec le recul, non seulement je peux affirmer que c’est tout à fait vrai, mais en plus c’est un petit détail au regard de l’ampleur du problème. La façon dont nous allons prouver ces faits graves dans cet article devrait vous convaincre bien plus efficacement qu’un simple lien vers des “preuves scientifique”, car ceci ne se prouve pas “scientifiquement”. Voici une analyse détaillée de la question de l’utilisation de la science dans les problèmes industriels que nous avons publié plus récemment.

En 2017, on découvre dans la grande presse (voir par exemple L’OBS ci-dessus) que des produits toxiques sont même inclus dans les maquillages pour enfants. J’insiste pour que pensiez par vous-même sur un sujet aussi grave, posez-vous les bonnes questions ! Croyez-vous que c’est accidentel ? Que l’industrie ne sait pas que c’est toxique ? Croyez-vous que nous sommes incapables de fabriquer des produits attractifs et résistants non toxiques ? Ou alors croyez vous que l’on cherche volontairement à empoisonner les enfants ?

Tournez la question autant que vous voulez, il n’y a qu’une réponse logique et cohérente. Nous pourrions fabriquer des produits sans ces additifs dangereux, on en trouve en magasin spécialisé. L’industrie sait parfaitement que ces produits sont dangereux : ils ont des labos, et ces substances sont pointées du doigt par des organismes de santé depuis des années. Certains servent dans la constitution de pesticides et même d’armes chimiques. Il n’y a qu’une raison pour utiliser ces produits : les ajouter diminue considérablement les coûts de production. Ne savez-vous pas que l’argent est le moteur de tout dans ce monde ? Mais en quoi ajouter un perturbateur endocrinien dans les maquillages pour enfants est-il si intéressant financièrement?

fluorcarilSi vous lisez l’anglais, voici un article qui répond à tout ça avec des noms de personnes et d’entreprises, des dates et tout ce dont vous avez besoin… non pas sur ce cas de maquillage, mais sur une série de produits comme le fluor et l’iode. En résumé, c’est très simple. En décembre 1950, l’industrie est condamnée à de lourdes peines suite aux pollutions occasionnées dans les rivières de Colombie-Britannique par le rejet de fluor. Alors l’industrie ne voulant pas perdre d’argent pour détruire ce fluor, a engagé Gerald G. Cox de l’institut Mellon pour publier partout, une vraie propagande, que le fluor peut prévenir les caries. Il fallait surtout cacher que le fluor est un des poisons les plus puissants, d’une toxicité supérieure à l’arsenic pour l’organisme humain ! Ce Gerald Cox a réussi à tisser des liens avec le NRC (National Research Center) qui s’est vu recevoir de grosses sommes d’argent pour effectuer diverses recherches et publier sur l’efficacité du fluor. Alors qu’aucune étude n’a jamais démontré le moindre effet bénéfique, que les preuves que les premières études (celles les années ’50) sur la “protection des caries” étaient manipulées sont nombreuses, le fluor continue à être mis dans presque tous les dentifrices dans le monde entier. Si vous trouvez un dentifrice sans fluor, il coûtera beaucoup plus cher. C’est exactement comme pour le maquillage pour enfant : inclure ces produits parmi les ingrédients va considérablement diminuer les coûts. Non pas parce que les substances qu’ils remplacent sont beaucoup plus chers ; mais parce que ceux qui veulent se débarrasser des déchets vous paient pour mettre une proportion de leurs déchets dans vos produits.

Si vous y réfléchissez, c’est d’ailleurs la seule explication possible pour le prix si bas de certains “aliments”. Encore, en Europe tout est très cher en comparaison des prix pratiqués ailleurs. Toutefois, visiter des pays “en voie de développement” (ou y vivre) ouvre aussi des questions intéressantes. Comment une entreprise peut-elle vendre aux Philippines, au Népal ou en Ouganda, une boisson ou un snack fabriqué au Mexique, en Chine ou en Inde pour l’équivalent de 5 ou 10 centimes de dollars voire parfois moins ? Demandez aux vendeurs : ils ont souvent 50% de commission sur le produit ! Il a fallu l’emballer, le transporter, payer des taxes d’importation, payer la commission de l’importateur, etc. marshmallow1Malgré tout, il reste un bénéfice, sinon les entreprises ne vendraient pas ! Nous savons que même si le bénéfice est de 0.0001 dollar, multiplié par des centaines de millions, ça vaut encore la peine. Reste qu’il faut produire cette boisson ou ce snack. Même l’eau coûte plus chère au litre que beaucoup de “sodas” réputés utiliser plusieurs fois leur volume en eau pour être fabriqué. Dans beaucoup de cas, si vous regardez de plus près, même si le contenu ne coûte rien du tout à produire, au sens propre, les prix de vente restent trop bas pour couvrir l’emballage, le transport, les taxes et les commissions. C’est ainsi que vous comprenez que la seule solution pour que ces produits puissent être rentables et d’y cacher des déchets industriels et d’être payé pour le faire.

Reconnaître un déchet industriel

Les entreprises ne vont pas vous dire “aider nous à nous débarrasser de nos déchets et nous vous offrons une réduction”. Non seulement elles mettent ces produits dangereux par intérêt, mais elles vont affirmer que c’est pour votre bien ! Vous trouvez, sur les emballages, des phrases en grand telles que “protection supplémentaire au fluor contre les caries”, “éviter le sucre et le surpoids avec notre aspartame”, “éviter les carences en iode avec notre complément iodate”, etc. La liste est interminable : phtalates, bisphénol, dioxide de titane, glutamate, aluminium, etc.

ingredients1Ce qu’espèrent les industriels est que, pour chaque substance, il y ait une longue polémique, des études et contre études et que les autorités mettent des années avant d’agir. Sur ce temps-là, elles peuvent continuer avec leur stratégie sur le produit concerné, et surtout vous refourguer tous les autres sans que vous y pensiez. C’est ainsi que ça fonctionne depuis des dizaines d’années : si vous voulez que ça change, il faut changer de façon d’acheter et de consommer. Il ne faut pas regarder la liste des ingrédients à la recherche d’un éventuel produit dangereux. Au contraire, n’achetez que les produits qui ont une liste d’ingrédients que vous connaissez bien et dont vous avez la certitude qu’ils sont sains pour votre organisme. Augmenter constamment la liste des marques, produits et ingrédients à éviter a quelque chose de frustrant. Pensez dans l’autre sens : faites unes liste grandissante de produits qui vous conviennent. C’est valorisant, et vous verrez que je ne suis pas le seul au courant ! Le marché des produits sains augmente significativement. Quelques indices pour reconnaître un déchets caché:

  • Si un ingrédient est mis en avant comme argument publicitaire alors qu’il est partout et difficilement évitable (le fluor dans les dentifrices est l’exemple type), c’est un déchet industriel.
  • Si vous voyez qu’un additif est mis dans plein de types de produits différents sans qu’aucune explication ne soit données, c’est probablement un déchet industriel. L’exemple caractéristique est le dioxine de titane. Crèmes pour le corps, savons, shampooing, médicaments, suppléments alimentaires, snacks, bonbons… ce truc est partout. Juste pour son effet blanchissant parait-il…
  • Les produits cachés derrière des codes incompréhensibles dans la liste des ingrédients sont probablement aussi des déchets industriels.

ingredients2En général, faites confiance aux produits dont la liste d’ingrédients est courte. Le plus souvent, les déchets industriels sont “noyés” dans une longue liste que la majorité ne lira pas. De plus en plus de magasins sélectionnent pour vous des produits de confiance. Il faut quand même lire les ingrédients, mais vous trouverez ce que vous cherchez presque partout dans le monde sauf dans quelques villes secondaires de “pays en voie de développement”. Le peuple est manipulé pour consommer sans réfléchir, mais nous avons encore souvent le choix.

Preuves scientifiques

Si vous allez voir l’article détaillé sur le fluor dont le lien est donné plus haut, il vous permettra d’aller chercher toutes les preuves pour les cas cités dans l’article. Il y a plein de preuves de ce qui est écrit ici, et si vous comprenez la gravité des faits mais que vous souhaitez en avoir le cœur net, vous trouverez facilement des centaines ou milliers de ces preuves (la majorité en anglais) sur internet.

Toutefois, soyons honnêtes, les “preuves scientifiques” ne font pas changer le comportement des humains. Combien de preuves que fumer des cigarettes provoquent le cancer existent? Que disent les gens qui continuent à fumer ? “Bah, mon grand-père fumait, et il a vécu 94 ans”. La viande rouge est classée par l’OMS dans la même catégorie que le tabac concernant les risques de cancer, sur base d’études scientifiques reconnues. Qui arrête la viande rouge pour ça?

world1Le corps humain est complexe, et la seule façon de garder la santé et de prendre la responsabilité de son corps, ce qui n’est malheureusement pas du tout “à la mode”. Le grand père qui a vécu 94 ans fumait mais ne mangeait sans doute pas de déchet industriel ; durant toute sa jeunesse, il mangeait “bio” sans le savoir et beaucoup moins de viande que les gens d’aujourd’hui. Les causes d’une mauvaise santé sont multiples, et c’est en faisant des choix intelligents à tous les niveaux que l’on peut avoir une santé de fer. Nourriture, boisson, fumée, drogue, maquillage, dentifrice, lessives, produits corporels, médicaments, vaccins sont quelques-uns des aspects, mais ce n’est pas tout. Nous sommes aussi affectés par les ondes électromagnétiques diverses : téléphones, wi-fi, micro-ones, bluetooth, compteur Linky et j’en passe. Les “radios” et autres tests médicaux électromagnétiques tels que la mammographie ne sont pas sans conséquence non plus. Tout ce cocktail toxique pousse le corps dans ses derniers retranchements, et lorsqu’un problème survient, vous ne saurez pas forcément quelle en est la cause principale, s’il y en a une.

Actuellement, la plupart des humains mangent des déchets industriels. Ils peuvent supprimer l’expression “manger de la merde”, ce qu’ils ingurgitent est bien plus nocif que des déjections humaines ou animales. Après lecture de cet article, ils le savent, et ils ont un choix libre et conscient de continuer ou de choisir une nourriture comestible.

Oui, mais c’est plus cher !

Un entrepreneur récupère pour rien les déchets d’un abattoir. Os, peaux, déjections, tumeurs et autres joyeusetés. Il en fait une soupe qu’il va agrémenter de colorants et d’arômes naturels élégamment extraits de l’anus des castors. Une fois cuit ou séché, ce mélange vous sera servit comme un bonbon fraise ou framboise (à la gélatine). C’est certain que le prix sera inférieur à une fraise ou une framboise qui a poussé au soleil provençal. C’est évident, et alors?

Si je récupère mes déjections des toilettes, je peux les vendre moins cher que le chocolat noir, même si j’y mets une une couleur et un goût artificiels, mais pourquoi faire de telles comparaisons ? Si vous considérez ces déchets comme de la nourriture, la vraie nourriture vous paraîtra toujours chère. Toutefois, il est temps de redéfinir les priorités : est-ce que votre budget passe avant votre santé ? Demandez aux gens riches et malades s’ils sont heureux, et comparez avec des gens “pauvres” et en bonne santé. J’ai choisi depuis longtemps… et vous ?

Vous pouvez commenter et poser vos questions ci-dessous ou nous rejoindre sur le groupe Econaturalistes.

Valéry Schollaert

Plusieurs articles sur ce blog vous permettent de comprendre la vision holistique de la conservation de la nature que nous tentons de communiquer à tous. Voici LA PAGE D’INTRODUCTION À LA VISION HOLISTIQUE où vous trouverez aussi les liens vers les autres articles. 

 

4 thoughts on “Ces déchets industriels que vous mangez avec plaisir!

  1. Merci !!! je suis nouvelle sur le site … ce que vous écrivez se lit très bien car c’est descriptif et factuel et très bien expliqué ; de plus, ce qui devient rare, bravo pour l’orthographe … c’est peut-être un détail pour beaucoup mais important pour moi et je sais ne pas être la seule ; je vais donc continuer à vous suivre avec grand intérêt ; ce sont les oiseaux qui m’ont guidée vers vous, ça me plaît de voir les choses ainsi, alors je les remercie !

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s