Les oiseaux disparaissent, allons-nous enfin agir ?

Zosterops_eurycricotus_main

Depuis que je suis conscient du monde qui m’entoure, je vois des gens se battre pour “sauver la nature”. Sans succès, tout s’effondre. Il est temps de se remettre en question et enfin agir efficacement ! Cette vidéo est mon appel à tous dans ce sens.

video_naturalistes.jpg

J’ai d’ailleurs augmenté mon travail sur les vidéos avec une longue leçon sur la migration des oiseaux, et une vidéo qui pose la question de l’effondrement : est-ce trop tard pour agir ?

Cela ne m’empêche pas d’être à jour pour mes fiches quotidiennes de 2019 avec 260 espèces publiées dont le Zostérops du Kilimandjaro illustré en haut ou l’Arachnotère à bec épais illustré en bas, par exemple.

Des oiseaux importants de 2018 ont été publiés ou mis à jour, notamment la Mésange charbonnière et la Mésange bleue.

Il y a une série de PHOTOS MYSTÈRES d’oiseaux européens en cours, vous pouvez y jouer.

Il y a des publications quotidiennes, et pour être tenu au courant en temps réel, le plus efficace est de rejoindre le groupe Facebook Forum Formation Ornitho.

Arachnothera_crassirostris_main

Bonne rentrée à toutes et tous !

Valéry Schollaert, Frasnes-lez-Buissenal, 17 septembre 2019

La science “officielle” confirme ce que nous disons ici.. enfin !

inkoruptiblesC’est vraiment un moment majeur que nous vivons ! Nous devons changer radicalement nos modes de vie pour sauver une partie significative de la biodiversité, dont l’espèce humaine. Si la science avait déjà mis en garde en 2012, la nouveauté est le GIEC qui demande, enfin, une transition vers le végétalisme, ce que nous réclamons sur ce site depuis qu’il existe.

ThumbnailYoutubeClimat1Sans prétendre que ça ait eu une quelconque influence sur leurs recherches, notons que la vidéo sur le sujet d’octobre 2018 avait été envoyée aux membres francophones du GIEC. Cette publication récente est donc une victoire majeure : notre message commence enfin à être divulgué. Évidemment, la presse minimise, parle de “diminuer les produits animaux”, de produire plus de local mais n’ose pas dire que le but à atteindre est bien un régime végétalien pour tous. Ainsi, nous invitons tous les internautes à partager massivement notre vidéo qui est plus que jamais d’actualité.

De nouveau articles ont été publiés, notamment celui-ci qui démontre qu’on ne peut se nourrir localement QUE végétalien ! Il y est, en effet, calculé qu’aucun pays européen ne peut produire localement de la nourriture pour toute sa population tant qu’il y a des élevages (énormes gaspilleurs d’espaces). Pire : la France, même si elle consacrait 100% de sa surface à l’élevage et la nourriture du bétail, n’arriverait même pas à répondre à la demande actuelle de viande, poulet, lait, et œufs, sans avoir produit la moindre pomme ou le moindre épi de blé.

Plus général, un article se pose la question de l’utilisation d’objets polluants (téléphones, ordinateurs, avions, voitures, etc.) pour lutter contre… la pollution.

La publication quotidienne des fiches d’oiseaux continue avec succès, quelques espèces très spectaculaires récemment mises en ligne comme la Pintade vulturine, le Guêpier arc-en-ciel et divers petits coucous : Coucou didric, Coucou de Klaas et Coucou foliotocol.

Bon mois d’août à tous !

Valéry Schollaert, 09 août 2019 à Frasnes-lez-Buissenal.

Merops_ornatus_main

 

Le retour de la Formation Ornitho !

Dendrocopos_medius_2fr2019.JPGLes derniers cours en salle de la Formation Ornitho officielle ont eu lieu en 2015 en France et en Ouganda. Nous avons eu près de 4 ans de pause pour diverses raisons, mais l’idée est évidemment de mieux rebondir et aller beaucoup plus loin. Le grand redémarrage est prévu pour 2020, et un petit groupe de 6 “pionniers” auront déjà la chance de suivre une formation d’une semaine en Normandie en septembre prochain. Lors de notre première visite sur le site où elle aura lieu, nous avons notamment constaté la nidification du Pic mar, voyez le juvénile encore dépendant des parents ci-contre. Découvrez aussi l’adulte apportant de la nourriture ici.

L’avantage de cette formation est le très petit groupe (3 à 6 personnes) et les tarifs attractifs dans un cadre d’une nature exceptionnellement préservée d’un point de vue européen. Voyez les détails sur notre page descriptive. Les cours en ligne vont aussi continuer ; ci-dessous, une leçon pour apprendre le chant des oiseaux. La leçon suivante traitera de la migration.

cours4exo.jpg

La vie du site continue aussi, et les publications quotidiennes de 2019 qui conservent leur régularité avec donc 191 espèces qui ont leur page complète en ce 191ème jour de l’année dont la liste est ici.

La page sur les oiseaux de ma commune grandit aussi, avec 68 espèces dont la nidification est confirmée en 2019. Le Faucon pèlerin a niché, probablement pour la première fois ce siècle, et a produit au moins un jeune qui se porte très bien, merci pour lui ! Photo sur la page. Le Grèbe castagneux (ci-dessous) commence seulement à couver.

Bon mois de juillet à tous, et bonnes vacances pour ceux qui en ont !

Valéry Schollaert, Frasnes-lez-Buissenal, 10 juillet 2019

Tachybaptus_ruficollis_3be2019.JPG

 

Un agenda d’activités !

Tachybaptus_ruficollis_blog.JPG

Bienvenue aux nombreux nouveaux visiteurs qui permettent à ce site de grandir au quotidien.

Regulus_ignicapillus_frasnesUne page spéciale à propos des oiseaux de la commune belge où j’habite, Frasnes-lez-Anvaing, est désormais en ligne. Elle s’enrichit progressivement : il y a déjà 40 espèces nicheuses illustrées avec des photos prises ce printemps. Ce n’est pas encore exhaustif : il y a des oiseaux reproducteurs qui n’ont pas encore accepté de poser devant la caméra cette année, ou simplement qui doivent encore être ajoutés, comme le Grèbe castagneux (ci-dessus) photographié hier.

D’autres sont recherchés activement, comme l’Hirondelle de fenêtre. Voyez les détails ici.

Après un an et demi d’existence, ce site passe à une seconde phase avec l’annonce d’activités sur le terrain publiées dans une première mouture de l’agenda 2019 qui va évidemment s’étoffer.

lanius_senator_ug1La première série est organisée sur la base d’un “tour de France” prévu en juin prochain. En plus de visiter des projets de permaculture végane pour vérifier l’impact sur la biodiversité, ce voyage me permettra des compléter la collection de photos de certaines espèces telles que le Pie-grièche à tête rousse (photo d’Ouganda ci-contre) dont j’ai des images en migration et en hivernage mais pas encore sur ses sites de nidification. Voici quelques autres cibles citées en vrac (il y en a bien d’autres) : le Rollier d’Europe, le Guêpier d’Europe, le Traquet oreillard, le Martinet pâle, le Rougequeue à front blanc, la Fauvette orphée, la Glaréole à collier, le Circaète Jean-le-Blanc, l’Aigle botté, etc.

Depuis le 1er janvier, toutes les espèces quotidiennes sont publiées régulièrement. Nous avons donc 129 espèces en ligne pour 2019 au 10 mai qui est le 129ème jour de l’année. Voyez la liste complète des oiseaux de 2019. Parmi les espèce récentes, il y a notamment une longue série de calaos comme le Calao de Ceylan (ci-dessous).

Ocyceros_gingalensis_portraitlight.JPG

Une dernière vidéo a été ajoutée sur ma chaîne Youtube, expliquant comment l’augmentation des espèces invasives, introduites ou non, est une des solutions pour lutter contre la chute de la biodiversité et le réchauffement climatique.

couvertureFB1.jpg

Il reste une question cruciale : comment les bonnes mesures peuvent-elles être réellement mises en place ? En espérant faire avancer les choses dans le bon sens, j’ai décidé de soutenir le parti belge DierAnimal pour les prochaines élections du 26 mai. Voyez les détails ici.

À bientôt et bonnes observations à tous !

Valéry Schollaert – Frasnes-lez-Buissenal, le 10 mai 2019

 

 

Le chant des oiseaux… et bien plus !

youtubel4_1

Ce premier trimestre a été d’une intensité extrême et mettre à jour cette page d’accueil a pris un retard excessif. Toutefois, la majorité des visiteurs réguliers ont été tenus au courant des nouvelles pages quotidiennes sur le groupe Forum Formation Ornitho. Le plus important est la publication, ce matin, de la leçon 4 de la Formation Ornitho qui est une vidéo de 28 minutes sur le chant des oiseaux montrant des oiseaux occupés à chanter et une exceptionnelle bagarre entre deux Hirondelles striolées. Cette espèce et plus de 70 autres ont leur fiche quotidienne publiée en 2019 ; ce projet là, cette année, est à jour. Voyez toutes les fiches sur cette liste. N’hésitez pas à la visiter régulièrement :  une espèce y est ajoutée quotidiennement. De plus, des illustrations inédites comme ces Hirondelles striées y sont ajoutées selon vos espèces préférées.

Cecropis_abyssinicus_janvier

Après la page à grand succès sur les mangeoires de mon jardin à Frasnes-les-Buissenal (Belgique) qui va terminer sa saison d’ici mi-avril, une nouvelle page sur la nidification des oiseaux de la commune a été lancée. On y trouve une illustration d’archive de ces Gobemouches gris (ci-dessous) qui ont niché dans le garage voilà bien des années et nous suivront de près le retour de ces oiseaux et d’environ -nous verrons combien exactement !- une soixantaine (?) d’espèces nicheuses en 2019 ; pas moins de 28 d’entre elles sont déjà en phase de chant ou de construction du nid et listée sur la page.

nicheurs00

Les jeux des photos mystères continue à attirer de plus en plus de joueur et deux séries sont en cours à la mi-mars. L’une concerne des oiseaux de Belgique : il est urgent de répondre. Vous avez un peu plus de temps pour voir celle du Botswana. Les joueurs ayant du mal avec la quatrième photo, nous offrons ci-dessous un petit bonus aux visiteurs fidèles et attentifs : une seconde image de l’oiseau en question.

Quizz_7_4_1000.JPG

Une autre nouvelle vidéo a été mise sur Youtube. Celle-ci explique justement comment jouer efficacement aux photos mystères pour répondre plus vite et apprendre mieux tout en s’amusant.

Merci pour votre visite et bonnes découvertes sur notre site !

Valéry Schollaert, Frasnes-lez-Buissenal, 13 mars 2019

Cyanomitra_verticalis_main

 

La fin et le début ! Bonne année 2019 !

Pitta_moluccensis_1bonneanneeChaque mort est une naissance et vice-versa, dit-on. Dans le cas des années, c’est indiscutable ! Selon notre calendrier, 2018 se termine et le moins que l’on puisse dire est qu’elle a été mouvementée. Vu que l’humanité est sur une pente dangereuse, on peut espérer que ces perturbations qui sont observées à divers niveaux sont les prémices d’un changement important de direction, ce que j’espèce encourager avec mes publications sur ce site, notamment les 13 articles rassemblés ici. Ce rythme de plus d’un article par mois devrait continuer en 2019 : ces publications sont les plus visitées du site !

Nyctyornis_amictus_1indoÀ un niveau bien plus superficiel, notons aussi une fin et un début concernant mes “coches”. Avec le Guêpier à fraise photographié hier dans la canopée de la “jungle” du parc de Gunung Leuser (Sumatra, Indonésie : photo ci-contre), j’ai désormais vu tous les guêpiers du monde. J’espère bien avoir de meilleures photos avant la fin du voyage, mais c’est le premier… et donc également le dernier guêpier de ma liste. C’est aussi la première famille de plus de 30 espèces (31 exactement) dont j’ai rencontré tous les représentants sur le terrain !

Et comme toute fin correspond à un début, ce matin, dans les abords du village de Bukit Lawang en bordure du parc national, j’ai enfin réalisé ma première photo décente de brève. Sur 48 espèces de la famille des Pittidae, je n’en ai vu que 6, et mes photos d’Australie et des Philippines sont toutes décevantes ; je n’ai aucune photo des deux espèces africaines. Toutefois, ce matin, enfin, le “mythe” se brise avec une vraie, belle observation (photo ci-dessus) ! Mon premier oiseau du matin, encore dans la pénombre est donc cette Pitta moluccensis tranquillement en train de se nourrir au sol, sous… des palmiers à huile.

palmiers_indo1La grande plaie pour les forêts indonésiennes est évidemment la conversion de celles-ci en cultures de palmiers pour la fameuse huile de palme que les industriels aiment accommoder à toutes les sauces, dans la nourriture transformée et les produits corporels. Alors que les forêts locales (photo tout en bas) accueillent une diversité à faire pâlir le Costa Rica (par exemple, il y a plus de 600 espèces d’oiseaux endémiques à l’Indonésie, c’est-à-dire plus que le Pérou, le Brésil et les Philippines réunis), les palmiers à huile n’abritent presque rien. La Brève à ailes bleues me direz-vous. Certes, mais en hivernage : en effet, cet extraordinaire oiseau multicolore est aussi un grand migrateur et les oiseaux de Sumatra nichent en Thaïlande ou dans un pays voisin puis migrent, de nuit, vers le sud via la Malaisie qui accueille aussi quelques hivernants.

J’ai passé des heures à chercher les oiseaux sous les palmiers. Hormis la Géopélie zébrée, le Martin-chasseur de Smyrne et quelques bulbuls… il n’y a rien. Cela nous ramène à la question de la production de nourriture. Car si l’huile de palme est un si grand fléau, n’oublions pas que pour produire autre chose, disons de l’huile de tournesol, il faudra aussi couper la forêt ! Ainsi, il y a deux éléments essentiels parmi les informations que je voudrais répandre notamment grâce à ce site, mais aussi dans mes vidéos. D’une part, pour limiter la déforestation, il ne faut pas boycotter un produit qui sera remplacé par un autre qui demande autant de surface, mais éviter ce qui gaspille de la place inutilement. Sur ce point, c’est la production de viande qui a la “palme” (c’est le cas de le dire) ; explications ici. D’autre part, il faut adapter ses productions à l’écosystème local pour lui permettre de survivre et continuer à accueillir ses habitants. Ainsi, couper la forêt pour faire de l’huile détruit plus de 99.9% de la biodiversité, alors que planter du café en ombrage dans la forêt permet de conserver plus de 80% des habitants de la forêt. Avant Sumatra, j’étais aux Philippines. J’en ai peu parlé car, soyons franc, aucun de mes projets n’a pu se réaliser cette fois, et j’ai eu une telle suite de coups de malchance (certains très coûteux) que j’ai préféré aller me “relaxer” dans la jungle indonésienne (c’est surtout beaucoup, beaucoup moins cher que les Philippines).

Gallirallus_torquatus_ph1Aux Philippines, on coupe aussi la forêt bien sûr, malheureusement, mais une grande partie des paysages humides du pays est exploité en rizière. Dans les petites et moyennes îles telles que Leyte ou Siargao, ce sont des cultures familiales non industrielles, et elles grouillent de biodiversité. Grenouilles, libellules, papillons et, bien sûr, les oiseaux comme ce Râle à collier que j’ai pris le mois passé sur Siargao.

Pour mieux comprendre comment choisir un mode de production selon les spécificités de l’écosystème local, cet article sur la permaculture végane donne la direction à suivre (avec une vue un peu utopique…).

Si l’avancement de certains projets est laborieux, les publications sur le site sont malgré tout abondantes. En ce moment, profitez d’exercices d’identification de la leçon 3 de la Formation Ornitho en ligne avec des annexes qui servent de guides d’identification :

Exercice 3b, exercice 3c – Annexe 1, identification des familles
Exercice 3eAnnexe 3, identification des passereaux

quizz3_12_550Oui, l’annexe 2 est en peu en retard, identification des non-passereaux. Patience, elle arrive. Il y a aussi un jeu de photos mystères d’Afrique, continent qui peut aussi accueillir des oiseaux européens… comme ci-contre !

De nombreuses pages espèces ont été mises à jour, et la liste de toutes les espèces de l’année devrait être publiée très rapidement. Les publications 2019 devraient être plus régulières…

En attendant, le terrain continue et mon périple asiatique me permet de prendre des clichés sympas et essentiels pour la suite des publications de “pages espèces”, notamment cette Pie-grièche tigrine (ci-dessous) qui, à l’instar de la Brève à ailes bleues, est hivernante à Sumatra. Cela paraîtra étrange aux oreilles de certains “cocheurs”, mais je reste dans les plaines pour réaliser ce type de photo et ne prévois pas de “chasse aux endémiques”, comme je l’avais fait en mai au Sri Lanka, pour cette fois. Les forêts d’altitude attendront…

Bonne année à tous !

Valéry Schollaert, Bukit Lawang, Sumatra, Indonésie, 31 décembre 2018.

 

Lanius_tigrinus_1indo

jungle_INDO

Un coup réussi, un coup risqué…

Fringilla_coelebs_moreletti_taxoBonjour à tous !

La semaine passée, l’article sur les espèces invasives ou envahissantes a explosé les statistiques et peu de réactions négatives ont été reçues. C’est un grand succès pour les êtres vivants ; non pas l’article en soi, mais l’information sous-jacente à son succès : les mentalités évoluent. L’époque des grands massacres au nom de la biodiversité semble s’éloigner.

statsnov2018

thumbnailL3En effet,  en une semaine, cet article est devenu la page (hors cours de la Formation Ornitho) la plus visitée de l’année ! La semaine est, du coup, la meilleure de l’année doublant même celle qui était devant, correspondant à la sortie du premier cours de la Formation Ornitho, au début septembre. Justement, le troisième cours de la formation est sorti aujourd’hui et c’est un pari encore plus risqué car il s’agit de vulgariser de façon ludique et didactique, tout en restant rigoureux, la notion d’espèce et la taxonomie des oiseaux. C’est un très gros travail, et je ne peux qu’espérer qu’il soit apprécié. Il y a déjà trois documents disponibles :

Notez aussi la sortie d’un article attendu, dans la continuité de celui sur les espèces envahissantes : La chasse : quel bilan au niveau écologique ?

Enfin, une nouvelle “page espèce” avec la toute mignonne Sittelle veloutée a été mise en ligne.

Sitta_frontalis_1fr

Bon apprentissage, lecture et observations  à toutes et tous !

Valéry Schollaert – 08 novembre 2018