Gravelot semipalmé – Charadrius semipalmatus

Espèce simple – publiée le 15 mai 2021
Publication complète – Famille des Charadriidae (pluviers, vanneaux…)
En anglais : Semipalmated Plover in English

Ce petit limicole niche largement en Alaska et dans le nord du Canada avec une population plus localisée dans l’est du Canada. C’est un grand migrateur et des hivernants sont observés sur presque toutes les côtes américaines depuis les États-Unis jusqu’au Pérou (à l’ouest) et en Argentine (à l’est) ainsi que dans les Antilles.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

Il a été considéré comme une sous-espèce du Grand Gravelot et, même si tout le monde s’accorde désormais sur le fait que ce soit une espèce distincte, leurs modes de vie respectifs sont très proches. L’habitat (toundra, côte nordique), la nourriture (invertébrés aquatiques) et la nidification (dans une dépression à même le sol) sont apparemment identiques. Sur la page de notre référence, vous pouvez aussi lire pourquoi le nom correct est Gravelot semipalmé (gravelot est le nom des oiseaux du genre Charadrius) et non pas “pluvier semipalmé” comme on le lit beaucoup trop souvent dans la littérature, surtout lorsque les auteurs sont canadiens.

Taxonomie

Cette espèce est monotypique et ressemble énormément au Grand Gravelot qui est certainement son espèce-sœur. Les deux espèces nichent sur l’île de Baffin (Canada) sans s’hybrider, ce qui exclut un classement conspécifique.

Gravelot semipalmé, Puerto Plata, République Dominicaine, mai 2021
L’adulte a les pattes et la base du bec orange et la face noirâtre marquée d’un rectangle blanc sur le front. C’est un aspect proche de celui du Grand Gravelot, mais aucun autre Charadrius ne lui ressemble parmi les espèces régulières d’Amérique.
Gravelot semipalmé, Puerto Plata, République Dominicaine, mai 2021
Les plumages ternes sont plus difficile à identifier par rapport au Grand Gravelot mais, sur cette photo, on voit le critère “absolu” qui a donné ses noms (français, anglais, scientifiques et autres) à l’oiseau : la peau qui relie la base des doigts constituent des “semi-palmes”. La calotte claire et le sourcil blanc plutôt long indiquent une femelle 2cy.
Gravelot semipalmé, Puerto Plata, République Dominicaine, mai 2021
Cet oiseau est plus foncé que le précédent, avec un sourcil plus court ; c’est plutôt un mâle 2cy.
Gravelot semipalmé, Puerto Plata, République Dominicaine, mai 2021
En vol, c’est un gravelot classique avec une barre alaire, les pattes ne dépassant pas le bout de la queue, et le bec court.

[Espèce Nº1231 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

2 thoughts on “Gravelot semipalmé – Charadrius semipalmatus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s