Miro à ventre citron – Microeca flavigaster

 Espèce de référence – publiée le 15 mars 2021
Publication complète – Famille des Petroicidae (pseudobrèves, miros)
En anglais : Lemon-bellied Flycatcher in English

Ce petit passereau insectivore à l’aspect classique est localement commun en Nouvelle-Guinée et dans le nord de l’Australie. C’est un oiseau des bois et forêts, qui semble apprécier surtout les eucalyptus en Nouvelle-Guinée et préférer les forêts plus denses en Australie, y compris les mangroves. Il n’y a pas de dimorphisme sexuel.

Les miros appartiennent à la famille des Petroicidae et cette page illustre le premier représentant de cette famille d’Océanie de l’Encyclopédie Holistique. Les Petroicidae rassemblent une cinquantaine d’espèces de treize genres différents qui existent depuis l’est de l’Indonésie jusqu’en Nouvelle-Zélande et sur certains archipels de l’océan Pacifique comme les Fidji.

Ils rappellent, par leur forme, leur taille et leur comportement, divers genres de Muscicapidae (gobemouches, traquets, rougequeue, etc.). Les anglophones les appellent d’ailleurs “Australasian Robins”, pour la répartition en “Australasie” (Océanie) et leur ressemblance aux “robins”, les rougegorges. On peut aussi les comparer aux Tyrannidae d’Amérique (tyrans, moucherolles, etc.).

Ainsi, ils capturent des insectes en vol, au sol, sur les troncs, dans le feuillage, etc., avec les mêmes techniques de chasse que les oiseaux de ces familles plus connues. Ils construisent un nid en forme de bol, comme les Turdidae (grives et merles) dans les branchages (parfois au sol).

Le petit Miro à ventre citron construit uniquement dans les branches et son nid est minuscule. Il pond seulement un ou deux œufs (les Petroicidae ont toujours des couvées très petites). Il a été trop peu étudié et les détails spécifiques concernant le déroulement de la reproduction ne sont pas encore connus.

Taxonomie et sous-espèces

Il est peut-être sœur avec le Miro des Tanimbar (ancienne sous-espèce), endémique de l’archipel indonésien du même nom.

Il existe six sous-espèces peu différenciées (simples variations de tons, dessus comme dessous – sur cette page, c’est la sous-espèce nominale qui est illustrée), et une septième superficiellement très différente.

En effet, dans les mangroves du nord-ouest de l’Australie, une population d’oiseaux de taille supérieure et au ventre gris au lieu de jaune était considérée comme une espèce à part, le Miro de Mathews (Microeca tormenti). À cause d’une hybridation fréquente avec le Miro à ventre citron “normal”, il est désormais classé en sous-espèce, mais un nouveau changement à l’avenir ne serait pas étonnant.

Miro à ventre citron, Darwin, Australie, septembre 2014
De face, on voit un insectivore aux proportions équilibrées et le ventre jaune. Il attend ses proies, perché comme un gobemouche ou un moucherolle.
Miro à ventre citron, Darwin, Australie, septembre 2014
De dos, on voir une couleur plus verdâtre ou olivâtre. La couleur du manteau est souvent moins vive que celle du ventre chez les oiseaux, il en va de leur sécurité : c’est rarement de face et d’en bas que peut se rapprocher un prédateur par surprise, mais plutôt d’en haut ou de derrière. Il vaut donc mieux avoir une couleur discrète.

 [Espèce Nº1170 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

3 thoughts on “Miro à ventre citron – Microeca flavigaster

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s