Apalis à gorge jaune – Apalis flavida

Espèce de référence – publiée le 29 mai 2021
Publication complète – Famille des Cisticolidae (prinias, couturières, érémomèles…)
En anglais : Yellow-breasted Apalis in English

Ce petit oiseau très sympathique a une répartition vaste mais fragmentée en Afrique. Il est surtout présent dans les savanes et boisements d’Afrique orientale, au sud jusqu’en Afrique du Sud ; il est plus localisé en Afrique centrale (avec des populations qui vivent dans des milieux radicalement différents, notamment la mangrove sur la côte gabonaise) et occidentale.

Les apalis, celui-ci en particulier, bougent rapidement dans le feuillage à la recherche d’arthropodes, comme le font les pouillots. La comparaison n’est pas simpliste mais, au contraire, très appropriée : le comportement de chasse et les proies sont si proches de ceux du Pouillot fitis que, lorsque ce dernier arrive en masse en Afrique pour y passer l’hiver, l’apalis change légèrement la nature de ses proies et évite les arbres préférés du pouillot pour limiter la concurrence avec lui !

Comme beaucoup d’insectivores tropicaux, cet apalis ingère occasionnellement des fruits et du nectar.

Le nid est une petite boule ovale avec entrée par le dessus. Il est construit d’herbe, d’écorce, de tiges, de feuilles mortes, de lichens, de fleurs et de gousses, le tout étant fixé par de la toile d’araignée et tapissé de duvet végétal ; certains nids sont presque entièrement constitués de lichens.

Deux à quatre œufs sont couvés par les deux parents mais les autres informations sur la reproduction sont encore inconnues.

Taxonomie et sous-espèces

Plusieurs sous-espèces ont parfois été considérées comme espèces distinctes, en particulier le taxon A. (f.) flavocincta de la corne de l’Afrique (“Apalis à queue brune”). En réalité, ce taxon ne paraît pas plus distinct que les autres sous-espèces (une petite dizaine au total) admises par tous, donc nous rejetons ici cette séparation en deux espèces tout en sachant que la classification des apalis est délicate et que des changements pourraient encore intervenir à l’avenir.

Il est généralement admis que l’espèce la plus proche de l’Apalis à gorge jaune est l’Apalis de Rudd qui vit au sud-est de l’Afrique.

Apalis à gorge jaune, PN du lac Mburo, Ouganda, octobre 2014
La poitrine jaune (plutôt que la gorge) est commune à tous les individus, mais la tache noire dans la partie inférieure de ce jaune est variable (individu, sous-espèce, âge…).
Apalis à gorge jaune, Mkomazi, Tanzanie, août 2010
Le mouvement de la queue des apalis est caractéristique et ce mouvement permet de les repérer plus facilement que bien d’autres petits insectivores furtifs.
Apalis à gorge jaune, Bogoria, Kenya, juin 2010
Durant la saison des pluies (on voit que les acacias ont leurs feuilles), il peut se poster pour chanter. Il chante parfois aussi tout en bougeant dans les branchages.

[Espèce Nº1245 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

3 thoughts on “Apalis à gorge jaune – Apalis flavida

  1. l’apalis change légèrement la nature de ses proies, juste pour ne pas être en concurrence avec les pouillots; c’est très intéressant et je dirais même intelligent

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s