Goéland cendré – Larus canus

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Laridae (sternes, mouettes, etc.) Common Gull in English
Première publication : 17 janvier 2020 – Dernière mise à jour : 16 février 2022

Larus_canus_main.JPGCe goéland est le plus petit du genre Larus dans l’Ancien Monde et un des seuls qui n’a pas de tache rouge sur la mandibule inférieure du bec. Il est répandu comme nicheur de l’Islande et de la France jusque dans l’est de la Sibérie. Durant l’hivernage, sa zone de présence s’étend au sud,  de l’Afrique du Nord d’un côté jusqu’à la Chine et l’ouest des USA de l’autre.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

S’il présente bien un plumage et une forme de Larus, son mode de vie et sa taille rappellent certains Ichthyaetus comme la Mouette mélanocéphale. Il se nourrit ainsi principalement d’invertébrés mais conserve ses aptitudes opportunistes de goéland, chassant occasionnellement tous les types de vertébrés de petite taille, ingérant des graines, de la charogne et visitant (plus rarement) les décharges, en compagnie des plus grandes espèces.

Il est, par contre, plus opportuniste pour nicher que la majorité des autres Laridae. Son nid construit en végétation diverse (en colonies jusqu’à 300 nids, ou en solitaire) est placé sur du sable, de la roche, un arbre, une digue, de la terre nue, de la végétation flottante, des toits, etc. Les quelques œufs sont couvés entre 3 et 4 semaines et les jeunes s’emplument en 5 semaines. La longévité peut dépasser les 33 ans.

Taxonomie et sous-espèces

C’est une espèce particulièrement distincte des autres Larus, sauf du Goéland à bec court qui est son ancienne sous-espèce nord-américaine ; ce dernier est cependant désormais considéré comme une espèce distincte (Larus brachyrhynchus). Les oiseaux illustrés ici sont de la sous-espèce nominale. En Asie centrale, Larus canus heinei est plus foncée sur le manteau. Encore plus à l’est, L. c. kamtschatschensis est plus distincte avec une taille supérieure et un bec nettement plus fort.

Goéland cendré, Harchies, Belgique, mai 2015
L’adulte nuptial montre un plumage classique de Larus, avec un manteau gris “moyen”, le bout des ailes noir à points blancs et la tête blanche. Le bec est particulier : comparé à celui des autres espèces du genre, il est plus petit, assez terne et sans tache rouge.
Goéland cendré, Mons, Belgique, février 2019
L’adulte en vol montre une vaste zone noire sous les rémiges primaires, avec un “miroir” (petite zone blanche) net et réparti sur les deux rémiges les plus externes.
Goéland cendré, Mons, Belgique, février 2019
Le Goéland cendré est rapidement adulte. Le 2ème hiver (ici, 3cy en février) est pratiquement comme l’adute avec la queue blanche. On voit le bec terne et des petites taches sur les couvertures primaires qui sont des restes du plumage immature. Il peut déjà se reproduire durant la saison de nidification qui commence dans les jours qui viennent.
Goéland cendré, Frasnes-lez-Anvaing, Belgique, novembre 2019
Voyez la taille à peine supérieure à celle des Mouettes rieuses (au centre). À gauche, un adulte (ou 2cy, souvent indiscernable – voir ci-dessus) et, à droite (en arrière plan) un immature 1cy.
Goéland cendré, Mons, Belgique, février 2019
L’oiseau de 1er hiver (1cy) est très pâle sur le dessous des ailes, avec des plumes, présentant un bout foncé, qui dessinent un pattern agréable et facile à identifier.
Goéland cendré, Strasbourg, France, décembre 2015
L’oiseau de 1er hiver (1cy) posé montre un plumage qui rappelle celui des plus grands goélands : couvertures brunes qui contrastent avec le manteau gris, bout de la queue noir et tertiaires foncées à bout clair. Le bec est toutefois plus petit et bicolore, nettement clair à la base, alors qu’il est souvent tout noir chez les plus grandes espèces, à cet âge.
Objectifs recherchés pour une page complète :
Images de la sous-espèce L. c. kamtschatschensis ; sponsoring

[Espèce Nº747 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert, Chantal Lac & Marinella Mejia 2020 – 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

One thought on “Goéland cendré – Larus canus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s