Mango de Prévost – Anthracothorax prevostii

 Espèce de référence – publiée le 12 avril 2021
Publication complète – Famille des Trochilidae (colibris)
En anglais : Green-breasted Mango in English

Ce colibri au dimorphisme sexuel marqué est localement commun en Amérique centrale et dans l’extrême nord de l’Amérique du Sud (Colombie et Venezuela). Une population au classement obscur vit dans la région de Tumbes (Équateur, Pérou). Il est adaptable à divers milieux, depuis les mangroves aux zones urbanisées via les savanes et plantations. Il évite les forêts primaires tropicales (qui sont souvent occupées par des colibris spécialistes de ces milieux).

Bien que distinct des autres genres, les grandes lignes du comportement des mangos sont semblables à ceux de presque tous les colibris : mâles polygames, femelles pondant deux œufs dans le nid (en forme de petit bol) qu’elles construisent seules ; elles s’occupent également seules des jeunes. Le régime alimentaire est basé sur le nectar et complété par des insectes. Les détails spécifiques sont inconnus.

Il est parfois commun, même abondant à Cozumel où les photos sont prises, et l’avenir immédiat de cet oiseau qui ne dépend pas de milieux naturels intacts est donc assuré.

Taxonomie et sous-espèces

Les mangos (genre Anthracothorax) constituent un genre bien délimité et homogène, nettement distinct des autres colibris et certainement originaire des Antilles. La colonisation de l’Amérique continentale est probablement récente et les quelques espèces non insulaires sont proches les unes des autres avec des limites discutées. C’est ainsi que le Mango de Prévost a parfois été considéré comme conspécifique avec le Mango à cravate noire (A. nigricollis) d’Amérique du Sud ; ils se remplacent mutuellement, mais des zones de sympatrie (cohabitation) ont été trouvées, notamment au Venezuela, justifiant la division en deux espèces. Il reste que les oiseaux de l’ouest de l’Équateur et du nord-ouest du Pérou, le taxon iridescens, sont intermédiaires entre les deux, se comportant aussi bien comme une sous-espèce de l’un que de l’autre. C’est une situation assez rare chez les oiseaux, mais pas unique : le Moineau cisalpin Passer italiae se comporte ainsi en sous-espèce du Moineau domestique et du Moineau espagnol ; il a longtemps été considéré comme une sous-espèce du Moineau domestique, parfois comme une sous-espèce de l’espagnol, pour finir en espèce distincte.

Actuellement, la majorité des auteurs placent iridescens en sous-espèce du Mango de Prévost, ce que nous faisons ici par conformisme, avec beaucoup de réserves. D’autres, moins nombreux, le placent en sous-espèce du Mango à cravate noire. À l’instar des moineaux, la finalité pourrait être un classement en espèce distincte : Mango d’Équateur Anthracothorax iridescens.

En plus d’iridescens, on divise le Mango de Prévost en quatre sous-espèces qui varient en longueur de bec et en nuances de couleur, notamment les parties supérieures plus vertes ou plus dorées. C’est la nominale illustrée sur cette page.

Mango de Prévost, San Miguel de Cozumel (Quintana Roo), Mexique, mars 2021
Quelques mangeoires à colibris sont installées sur Cozumel. Elles attirent l’Émeraude de Cozumel (Chlorostilbon forficatus), ici au centre de l’image. Le mango y est toutefois bien plus nombreux. À droite, en flou, on voit la queue rousse à bout noir et blanc typique de la femelle. À gauche, le mâle montre sa queue rousse et le reste du plumage presque tout vert.
Mango de Prévost, San Miguel de Cozumel (Quintana Roo), Mexique, mars 2021
Ce mâle est sub-adulte : les zones claires du ventre sont les dernières plumes immatures. Une fois celles-ci muées, l’individu montrera un plumage adulte normal.
Mango de Prévost, San Miguel de Cozumel (Quintana Roo), Mexique, mars 2021
La gorge et la poitrine sont parmi les rares parties du plumage du mâle qui ne sont pas vertes, ce qui rend le nom anglais “Mango à poitrine verte” plutôt étonnant ! On y voit des reflets divers, plutôt bleus, turquoises ou violets.
Mango de Prévost, San Miguel de Cozumel (Quintana Roo), Mexique, mars 2021
La femelle adulte est très différente du mâle avec des parties inférieures blanchâtres munies d’une “cravate” foncée, pattern classique des femelles du genre. La queue est rousse avec du noir et du blanc sur le bout.
Mango de Prévost, San Miguel de Cozumel (Quintana Roo), Mexique, mars 2021
La gorge blanchâtre bordée de châtain indique un oiseau immature.

[Espèce Nº1198 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

v

2 thoughts on “Mango de Prévost – Anthracothorax prevostii

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s