Colibri jacobin – Florisuga mellivora

Espèce commune – Page simple (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Trochilidae (colibris) – White-necked Jacobin in English
Première publication : 11 janvier 2020 – Dernière mise à jour : 22 février 2022

Florisuga_mellivora_mainCe colibri au plumage caractéristique est un des plus répandus. En effet, on le rencontre communément depuis le Mexique jusqu’à la Bolivie et au nord-est du Brésil. Sa répartition est peut-être même plus vaste, puisqu’il y a quelques observations récentes en Argentine. C’est un oiseau de la lisière forestière et des forêts galeries, en plaine et à altitude réduite (rarement jusqu’à 1500 mètres). Il a parfaitement réussi à s’adapter aux modifications imposées par l’homme, et on le voit donc dans les plantations de café et de cacao, les forêts secondaires et dégradées, etc.

Cliquez ici pour voir une carte de répartition plus détaillée

Il mange le nectar des fleurs et attrape des insectes en vol, parfois en grande quantité, comme la plupart des colibris.

Paradoxalement pour un oiseau aussi facile à observer, sa nidification n’a pas été étudiée en détail. Le nid est épais et assez peu profond, de forme classique pour les colibris, par exemple comme décrit pour le Colibri cyanote. Les autres détails ne sont pas connus mais les colibris étudiés sont tous polygames avec la femelle qui s’occupe seule de la reproduction.

Taxonomie et sous-espèces

Diverses sous-espèces ont été décrites, mais aucune ne semble valide, sauf celle de Tobago, car elle est plus grande que sur le continent.

Le seul autre Florisuga est le Colibri demi-deuil, donc nécessairement sœur avec le Colibri jacobin, du sud-est de l’Amérique du Sud. Ces deux espèces sont malgré tout morphologiquement et génétiquement assez éloignées.

Colibri jacobin, Minca, Colombie, décembre 2016
Le mâle a un plumage unique et remarquable. C’est un oiseau peu farouche qui fréquente les villages et il est, dès lors, bien connu du grand public qui l’apprécie beaucoup.
Colibri jacobin, Minca, Colombie, décembre 2016
Les femelles sont variables, et peuvent parfois même rappeler les mâles, mais avec plus de noir à la queue. Sur cette photo, on voit une femelle “classique”, c’est à dire montrant le plumage le plus fréquent, tout tacheté dessous.
Colibri jacobin, Salento, Colombie, novembre 2016
Les jeunes mâles sont aussi variables mais, sur notre oiseau, la queue presque toute blanche exclut une femelle “colorée”. Celle-ci a toujours plus de noir sur le bout de la queue.
This image has an empty alt attribute; its file name is avancement90pourcent.jpg

[EspècNº741 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert, Chantal Lac & Marinella Mejia 2020 – 2022

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

3 thoughts on “Colibri jacobin – Florisuga mellivora

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s