Gobemouche mésange – Fraseria plumbea

Espèce commune – Page référence (partielle) – Disponible pour sponsoring
Famille des Muscicapidae (rougegorges, traquets…) – Grey Tit-Flycatcher in English
Première publication : 11 décembre 2021 – Dernière mise à jour : 11 décembre 2021

Ce discret petit passereau à la forme élégante est répandu depuis la Gambie jusqu’à l’Afrique du Sud via l’Éthiopie Il s’adapte à presque tous les types de forêts et les boisements d’arbres à feuilles larges sauf l’intérieur de la forêt primaire d’où il est absent.

Il chasse les insectes à la manière des rhipidures d’Asie (voyez par exemple Rhipidure à gorge blanche), des parulines du genre Myoborus (voir par exemple Paruline à cimier jaune) et peut rappeler aussi les gobemoucherons (Polioptilidae) et les apalis (Cisticolidae) ; il se comporte rarement comme les gobemouches classiques et on ne le voit quasiment jamais immobile. Sa forme et son comportement sont si originaux qu’il a même été classé dans diverses familles avant que son appartenance aux Muscicapidae ne soit établie ; voir les détails plus bas.

Il bouge donc tout le temps, notamment la queue qu’il ouvre et ferme, à se nourrir dans la canopée, le plus souvent à plus de vingt mètres de hauteur, ce qui rend les photos difficiles à réaliser. En plus des insectes, qu’il capture le plus souvent à l’envol, il se nourrit aussi d’araignées. Lors d’émergences, notamment de termites ailées, il peut alors chasser en vol, comme les gobemouches habituels.

Le nid est construit par les deux parents. C’est une masse désordonnée d’herbe, de pailles fines, de radicelles, d’écorce déchiquetée, de plumes et de lichens, parfois garnie de fleurs séchées et de petites plumes. Il est fourré dans un trou comme un vieux nid de barbican ou de pics, à une hauteur de trois à dix mètres. La couvée est de deux ou trois œufs ; les autres détails de la reproduction restent inconnus à ce jour.

Taxonomie et sous-espèces

Il a été décrit dans le genre Stenostira (comme le Mignard enchanteur), genre désormais classé dans la famille Stenostiridae. Il s’est ensuite “baladé” entre les tchitrecs (Monarchidae), les fauvettes (Sylviidae) et les gobemouches mais dans le genre Myioparus, au côté de son espèce-sœur, le Gobemouche à gorge grise, des forêts primaires d’Afrique centrale et occidentale. Il a fallu la génétique pour comprendre que ces deux oiseaux étaient des “vrais” gobemouches et qu’il fallait même les classer dans le même genre que six autres espèces africaines de Muscicapidae. Le genre Myoparus n’existe donc plus.

Trois sous-espèces sont décrites. D’Afrique de l’ouest jusqu’au nord-ouest de la Tanzanie, la sous-espèce nominale est la plus foncée. Plus à l’est (entre le Kenya et le nord-est de l’Afrique du Sud, F. p. orientalis), le plumage est plus clair, surtout dessus. Enfin, dans la région du Miombo (entre l’Angola et le Zimbabwe), F. p. catoleuca montre des parties inférieures presque toutes blanches.

Gobemouche mésange (F. p. plumbea), PN du lac Mburo, Ouganda, octobre 2015
Le plumage est presque tout gris avec le ventre blanc. Notez la variabilité de la couleur : l’individu photographié tout en haut est pris au même endroit, le même jour. On pourrait même penser à un Gobemouche à gorge grise, le seul Muscicapidae avec une forme similaire, mais le blanc des rectrices externes élimine cette possibilité.
Gobemouche mésange (F. p. orientalis), Mambo, Tanzanie, juillet 2011
Voici l’angle de vue le plus fréquent d’observation de ce gobemouche. Pour l’identifier, la longue queue marquée de blanc est caractéristique par rapport aux autres gobemouches, mais on peut avoir des difficultés à le distinguer des prinias, des apalis et d’autres petits insectivores à longue queue.
Objectifs recherchés pour une page complète :
Images plus variées et de meilleure qualité ; sponsoring

[Espèce Nº1441 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos, tableau et textes © Valéry Schollaert & Marinella Mejia 2021

Liste des autres espèces illustrées : taxonomique – jour par jour

Untitled 2

5 thoughts on “Gobemouche mésange – Fraseria plumbea

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s