Les yeux et les cercles oculaires ou orbitaires

L’identification des oiseaux super-facile!

Un critère, deux exemples!

Larus_michahellis_oculaire1fr.jpg

Ce critère, que l’on pourrait appeler “pattern des yeux”, est double en quelque sorte. Il est vraiment simple mais le vocabulaire est parfois confus, ce qui crée quelques malentendus. On voit parfois les termes comme “cercle oculaire” et “cercle orbitaire” comme synonymes, voire l’un utilisé pour désigner le cercle entourant l’œil et l’autre la couleur de l’iris. Sur notre site, nous allons proposer une version simple et claire pour tous.

La partie visible de l’œil est composée de la pupille et de l’iris. La pupille captant toutes les couleurs pour la vision, elle est toujours noire chez tous les oiseaux (sauf accident ou malformation). Ainsi, on parlera indifféremment de la “couleur de l’œil” ou de la “couleur de l’iris” : il s’agit de la seule couleur (hormis le noir de la pupille qui n’est d’ailleurs pas une couleur) visible sur l’œil d’un oiseau. La couleur d’un cercle éventuel entourant cet œil, qui peut être sur des plumes ou sur de la peau dénudée (donc sans plume) sera appelé “cercle oculaire” : il faut bien choisir une nomenclature et s’y tenir. En anglais, la nomenclature est semblable à ce que nous proposons ici. On parlera de la couleur de l’œil (sous-entendu, de l’iris) : eye colour et du cercle oculaire : eye-ring.

La couleur de l’œil est un critère en soit : il peut être blanc, gris, jaune, rose, orange, rouge, brun, bleu ou noir. Parfois, il s’agit simplement de vérifier si l’œil est “clair” ou “sombre”. La présence ou l’absence de cercle oculaire est un critère. S’il y en a un, le plus souvent il s’agit de cercle blanc, gris, jaune, orange ou rouge. Certaines espèces tropicales montrent une large zone de peau dénudée autour de l’œil qui peut alors avoir d’autres couleurs : rose, vert, bleu…

Ci-dessus, le Goéland leucophée adulte présente un cercle oculaire nettement rouge, et un œil clair à la couleur difficile à définir (quelque chose comme blanc cassé ou gris-brun très clair) mais ce qui importe, pour l’identification, est qu’il soit clair.

Voyons deux exemples, comme à l’accoutumée.

Exemple 1 : Fuligule milouin et Fuligule morillon

Aythya_oculaire1

L’utilisation de ce critère est très simple. Il s’agit de distinguer le Fuligule milouin qui a un œil rouge vif à brun-roux foncé selon l’âge et le sexe, eu Fuligule morillon qui a l’œil jaune plus ou moins vif selon l’âge. Il n’y a pas besoin de flèches colorées ou d’explications détaillées pour voir que le Fuligule milouin est à gauche (avec aussi un cercle oculaire blanc) avec son œil foncé, et le Fuligule morillon à droite avec son œil jaune.

Exemple 2 : Oie naine et Oie rieuse

anser_oculaire1.jpg

Ce cas est aussi simple que le précédent. L’œil de ces deux oies et foncé. Une des deux espèces -l’Oie naine- présente un net cercle oculaire jaune, et l’autre -l’Oie rieuse- n’a pas de cercle oculaire sur l’individu de notre photo (en bas). Certains individus peuvent toutefois présenter un cercle, cependant moins vif et plus discret que celui de l’Oie naine.

Vous pouvez étudier un cas plus complexe avec les cercles oculaires sur notre page concernant les gravelots d’Europe, et un cas qui utilise la couleur des yeux et du cercle oculaire avec les tourterelles d’Afrique orientale et australe.

Vos questions sont les bienvenues sur le Forum Formation Ornitho de Facebook ou ci-dessous dans les commentaires. Il y a d’autres articles semblables sur notre page “Un critère, deux exemples”. Voyez aussi nos pages spéciales sur l’âge des oiseaux et “comment écrire le nom des oiseaux ?“.

Zosterops_eurycricotus_oculaire1fr

Advertisements