Corneille noire – Corvus corone

Espèce complexe à reclasser – publiée le 4 décembre 2018
Publication complète – famille de Corvidae (geais, pies, corbeaux…)
En anglais: Carrion Crow in English

Corvus_corone_main

Cette espèce est une des plus communes et répandues de l’Eurasie. Les populations occidentales et orientales ont un plumage tout noir, un bec noirâtre également et, hormis de légers reflets bleus, c’est donc un oiseau peu attractif aux yeux de la majorité des gens. Entre les deux populations de Corneilles noires “noires” il y a des populations avec du gris sur le corps, appelées Corneilles mantelées, parfois considérées comme formant une espèce distincte. Celle-ci parait généralement plus attractive. 

Cette espèce est l’exemple type du Corvus non-colonial. Les nids sont situé dans un territoire qui peut totaliser jusqu’à 50 hectares mais peut aussi se limiter à un dizaine d’ha selon les ressources disponibles. Si les densités sont très fortes, il arrive que deux trois couples s’organisent pour nicher ensemble, dans le même arbre. Le nid est construit en branches et brindilles avec quelques os, notamment de lapin. De la boue est amenée au fond du nid pour le cimenter, et du matériel doux est ajouté pour le confort : poils de mammifères, graminées voire du tissu ou du papier.

Les quatre œufs sont couvés principalement par la femelle (environ trois semaines) qui reçoit de la nourriture du mâle. Les deux parents nourrissent les jeunes durant plusieurs mois dont une trentaine de jours dans le nid.

La Corneille noire est l’oiseau omnivore par excellence. Elle se nourrit principalement au sol. Elle y ramasse des animaux morts, sa nourriture favorite, des insectes, des œufs, des jeunes oiseaux, des animaux malades divers, des reptiles, des amphibiens, des rongeurs, des graines, des fruits et des plantes divers. Elle retourne ou déplace des  objets, notamment des pierres ou des morceaux de bois, pour y trouver des larves et il lui arrive de forcer un autre oiseau à régurgiter sa proie.

Pour trouver des charognes, elle patrouille souvent le long des route et c’est habituel de la voir arriver en premier pour un animal tué par la circulation.

Taxonomie sous-espèces

La Corneille noire est sœur avec le Corbeau à collier qui vit dans l’est de la Chine et localement plus au sud. Elle est divisée en six sous-espèces.

La sous-espèce nominale, toute noire, est répandue depuis le sud des îles Britanniques jusqu’au nord de l’Italie et au Portugal. Au Danemark, une grande partie des individus sont des hybrides (parfois de plusieurs générations) avec C. c. cornix qui souvent appelée “Corneille mantelée” car elle a le corps gris. Elle vit de l’extrême nord de îles Britanniques jusqu’à l’Oural et la Corse. D’autres sous-espèce à corps gris, régionalement variables (C. c. sharpii, C. c. capellanus et C. c. pallescens), complètent la répartition jusqu’en Asie orientale (de l’Italie via l’Egypte, la Turquie et l’Iran jusqu’en Sibérie). Dans l’est de son aire de répartition (Sibérie centrale, Mongolie), les “mantelées” s’hybrident avec C. c. orientalis qui est toute noire comme la nominale et vit en Sibérie centrale et orientale, en Mongolie, en Chine et au Japon. Elle est en partie migratrice et hiverne principalement dans le sud-est de la Chine.

Si, visuellement, on aurait envie de diviser cette espèce en deux, entre les noires et les mantelées, ce n’est pas réaliste car il y a un flux génétique trop important. Par exemple, les C. c. corone noires d’Allemagne sont plus proches génétiquement des mantelées C. c. cornix que d’autres C. c. corone noires qui sont éloignées des populations mantelées (et donc pas directement influencée par le flux génétique), en Espagne par exemple ! De plus, les répartitions respectives n’auraient pas de sens dans une classification à deux espèces. C. c. corone et C. c. orientalis sont très proches aussi bien en génotype qu’en phénotype, comment la population intermédiaire géographiquement, alors qu’elle s’hybride abondamment de deux côtés, aurait pu évoluer en espèce distincte ?

Corvus_corone_1fr

Corvus_corone_3fr.jpg

Corvus_corone_4fr.jpg

Mise à jour du 07 avril 2019

La construction du nid prend du temps, c’est un travail essentiel pour la Corneille noire qui bâti avec soin durant deux ou trois semaines. Le matériel peut être cherché assez loin. La photo est prise à Frasnes-lez-Buissenal (Belgique), en avril 2019.

Corvus_corone_2be

[Espèce Nº338 du projet d’encyclopédie holistique]

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018

Liste des autres espèces illustrées: taxonomique – jour par jour

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s