Vautour africain – Gyps africanus

Espèce de référence – publiée le 19 juin 2018
Publication complète –  famille des Accipitridae (buses, aigles, éperviers, etc.)
En anglais : White-backed Vulture in English

Gyps_africanus_main.JPGL’aire de répartition de ce grand vautour (mais plus petit que les autres Gyps avec lesquels il cohabite)  est vaste : depuis le Sénégal jusqu’à la côte de la mer Rouge (Soudan) et au nord de l’Afrique du Sud. Il est toutefois absent de la forêt et évite les déserts : il fréquente presque tous les types de boisements, savanes et steppes.

Comme tous les vautours africains et asiatiques, il a diminué de façon dramatique. Les causes sont détaillées à la page du Vautour à tête blanche, une autre espèce africaine répandue, qui était encore commune il y a quelques dizaines d’années et qui se trouve désormais dans une situation critique, comme le confirme le statut qui lui est attribué par Birdlife International  : “en danger critique d’extinction“.

Ce vautour est assez sociable et niche souvent en petites colonies (maximum treize nids) dans les arbres, ce qui le rend plus vulnérable au braconnage que le Vautour de Rüppell qui niche haut dans des falaises. Ses nids massifs en branches (tapissés de feuilles et de graminées) le rend facile à repérer et la longueur de la nidification augmente les risques de destruction : l’unique œuf (rarement deux ou trois) est couvé près de deux mois, et le jeune ne s’envole qu’après quatre mois de vie au nid !

C’est un charognard classique, qui vient en bande autour des grandes carcasses où il est souvent le plus nombreux. Avec son long cou, il n’hésite pas à entrer sa tête dans la carcasse pour y consommer la chair, les organes, les muscles, etc.  Il y a souvent des conflits inter-spécifiques et intra-spécifiques pour la nourriture, et dans les contacts assez violents, des morceaux de viande peuvent être éjectés, et plusieurs espèces en profitent : Vautour percnoptère, Vautour charognard, Milan à bec jaune et d’autres.

Il peut aussi consommer la viande de petits animaux, du placenta, et il n’hésite pas à suivre un fauve en chasse, dans l’espoir que celui-ci tue une proie dont il pourra profiter.

Taxonomie

Lui et le Vautour chaugoun (équivalent asiatique, ancienne sous-espèce) sont deux espèces monotypiques assez distinctes des autres Gyps, notamment car ils ont 12 rectrices au lieu de 14. Pour cette raison, ils ont parfois été classés dans un genre distinct (Pseudogyps).

Gyps_africanus_1fr.jpg
Gyps_africanus_2fr.jpg
Gyps_africanus_3fr.jpg
Gyps_africanus_4fr

[Espèce Nº170 du projet d’encyclopédie holistique]

spprevious
spsuivante
sommaire

Photos et textes © Valéry Schollaert 2018 – 2019

Liste des autres espèces illustrées : taxonomiquejour par jour

Untitled 2

One thought on “Vautour africain – Gyps africanus

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s